Evene - Actualité culturelle à la Une : Le flux de Evene - Actualité culturelle à la Une

Evene - Actualité culturelle à la Une

Toute l'actualité culturelle à la une : Livre, Cinéma, Musique, Art, Theatre, Lieux Culturels, et interviews, portraits, articles des artistes et des événements culturels.
Culture et loisirs / Actualités

Les 10 superwomen du Printemps de Bourges 2015 - Mon, 20 Apr 2015 16:05:32 +0000

Juliette Gréco L? interprète mythique de Jolie Môme, La Javanaise et Jolie Môme, muse de Saint-Germain-des-Prés et de Sartre, Vian ou Gainsbourg, a annoncé son retrait de la scène. Question « de courtoisie, de dignité », a-t-elle expliqué au Parisien. Sa dernière tournée débute à Bourges, où elle n?était pas venue depuis 2007. C?est au Palais d?Auron qu?elle se produit ce vendredi 24 avril. Gageons que l?émotion sera au rendez-vous pour les adieux de la reine de la chanson française à son public. Yael Naim La  chanteuse franco-israélienne avait réjoui nos oreilles avec son tube entêtant New Soul en 2008. Avec Older, son nouvel album une nouvelle fois composé avec son compagnon David Donatien, elle libère encore davantage sa plume incisive pour affirmer son plaidoyer pour une ouverture d?esprit et la tolérance. Faisant entendre sa voix sans fioritures, Yael Naim devrait sans nul doute captiver la scène du W le lundi 27 avril. Izia La  petite protégée du Printemps de Bourges, c?est elle ! La fille de  Jacques Higelin a été révélée dans la capitale du Berry en 2006. Depuis, le succès est au rendez-vous : après un premier album, Izia, sorti en 2009, l?artiste s?est illustrée au cinéma, notamment dans Mauvaise fille de Patrick Mille, rôle qui lui a valu le César du meilleur espoir féminin en 2013. Avec son disque La Vague, sorti en avril 2015, Izia, 24 ans, renouvelle complètement son univers, oubliant le rock un tantinet trash pour des textes en français sur fond d?électro, le tout illustré par des clips sensuels en noir et blanc. A savourer le 29 avril au W.     Selah Sue Si le blues, le reggae et la pop avaient une fille, elle s?appellerait Selah Sue. La jeune auteure compositeur interprète belge est de retour avec un deuxième album, Reason, plus ambitieux en termes d?écriture et de production. Armée de son chignon banane blond, sa voix grave et de ses yeux bleus hypnotiques, Selah Sue insufflera toute sa grâce de vieille âme au W, ce 24 avril.   Camélia Jordana La jeune femme est la preuve qu?on peut faire une belle carrière loin des stéréotypes tout en ayant été découverte dans le télé-crochet de M6, Nouvelle Star, où elle était demi-finaliste. Après son premier album éponyme, Camélia Jordana présente Dans la peau, toujours dans la veine de la « chanson française moderne » comme elle définit elle-même son style. De sa voix cassée qui fait traîner les syllabes, elle nous raconte des histoires qu?elle a en grande partie écrites et composées et que l?on a envie d?entendre, qu?elle nous parle d?amour ou de racisme. Entre optimisme et gravité, on a hâte de la voir sur la scène du théâtre Jacques C?ur, lundi 27 avril. Christine and the Queens On ne présente plus la Nantaise Héloïse Letissier, alias Christine and the Queens. Son album Chaleur humaine croule sous les louanges. Très bien écrit, le disque mêle les influences, de la pop anglaise à la chanson française en passant par le R?n?B américain. La chanteuse revendique son amour du théâtre, du show et du travestissement (inspiré par ses amis drag-queens) : ses spectacles sont largement à la hauteur de ses chansons. Avec ses pas de danse qui n?appartiennent qu?à elle, la jolie rousse en costume androgyne risque fort d?enflammer le W le 29 avril.  Hindi Zahra Son album Hand Made, en 2010, lui avait valu le prix Constantin. Avec Any story, la belle Marocaine devrait connaitre le même succès. Toujours sur un fil entre traditions berbères, reggae jamaïcain, variété égyptienne et soul américaine, Hindi Zahra et sa voix douce construisent des chansons hors du temps servies par une plume délicate et subtile. Sa présence magnétique et son charme cosmopolite vont envoûter le théâtre Jacques C?ur lundi 27 avril. « Any story can be mine », chante-elle? eh bien, nous sommes prêts à parier que c?est une belle histoire qui s?écrira pour elle à Bourges ! Brigitte Deux pour le prix d?une ! Aurélie Saada et Sylvie Hoarau forment le duo le plus glamour du moment, usant et abusant d??illades sous leur frange et envoyant des baisers couverts de rouge à lèvres. Avec A bouche que veux-tu, elles revisitent les chansons d?amour mièvres sur fond de disco. Une ambiance rétro assumée couplée d?une bonne dose d?humour et d?un solide second degré. Si vous êtes passés à côté du phénomène, rattrapez-vous ce 24 avril sur la scène du W. Juliette Armanet Choisie pour ouvrir le bal vendredi 24 avril sur la même scène du Palais d?Auron que Juliette Gréco, Juliette Armanet a tous les atouts pour relever le défi. Une voix enfantine qui sait pourtant donner de la force quand il faut, des textes a priori sans conséquences mais dont la finesse marque durablement, un piano ou des notes d?électro? Juliette est une somme de paradoxes et s?impose en douceur et fraîcheur. A la manière de Sébastien Tellier, elle renouvelle la pop en y ajoutant une touche très chanson française, façon Françoise Hardy ou France Gall à leurs débuts.     Nneka Sa voix est aussi chaleureuse que ses textes sont profonds. Elle est aussi belle à regarder que dérangeante à écouter. Un débit saccadé, presque scandé est la marque de fabrique de cette chanteuse qui passe facilement au rap. Née et élevée au Nigéria, elle réside désormais en Allemagne et s?exprime en anglais. Fairy Tales raconte le sort de la diaspora africaine, entre révolte? et espoir ! En effet, ne craignez pas la dépression à son concert au W le dimanche 26 : Nneka sait aussi prendre un timbre chaloupé et vous faire danser, comme dans le titre My Love, My Love.   
Lire la suite de l'article

Gauguin, Quasimodo, Zorba...Anthony Quinn en cinq rôles - Mon, 20 Apr 2015 13:27:30 +0000

Eufemio, Viva Zapata! (1952)Après ses débuts au théatre auprès de Mae West et au cinéma, figurant "typé" dans les westerns, tour à tour brute basanée, méchant Indien, aventurier douteux, saltimbanque roublard, Kazan offre à Anthony Quinn son premier beau rôle, en le coiffant du chapeau du chantre de la révolution mexicaine pour Viva Zapata!. Son interprétation d'Eufemio, le frère d'Emiliano Zapata, un des principaux acteurs de la révolution mexicaine, lui vaut sa première récompense, l'oscar du Meilleur second rôle.  Zampano, La Strada (1954)C'est en Europe qu'Anthony Quinn trouve des rôles à sa mesure. Il incarne ainsi l'inoubliable Zampano dans le film de Fellini. En 1954, quand ce dernier lui offre le rôle du saltimbanque, compagnon bourreau de la minuscule Giulietta Masina, Quinn fait bien plus que s'identifier à un colosse cynique et brutal. Il joue comme il le faisait encore en 1948 sur scène, dans Un Tramway nommé désir. Quasimodo, Notre-Dame de Paris (1956)Dans cette deuxième adaptation parlante du roman de Victor Hugo après celle de Dieterlé en 1939, le drame de l'auteur des Misérables reflète le savoir-faire appliqué du réalisateur Jean Delannoy dans une version pourtant édulcorée. Notre-Dame dresse son architecture au-dessus d'Anthony Quinn, magistral Quasimodo, repoussant et pathétique. Et Gina Lollobrigida en Esmeralda, ingénue bouillonnante, gracile et voluptueuse, ensorcelle Paris. Gauguin, La vie passionnée de Vincent Van Gogh (1957)La peinture est la vie rêvée d'Anthony Quinn. Tout jeune il croque déjà sur le vif des silhouettes connues et son talent lui vaut l'insigne honneur d'être exposé dans un musée de Los Angeles. Mais sa carrière d'acteur prend le dessus. Clin d'oeil du destin: dans le film de Vincente Minnelli, Lust for Life, il est Gauguin, une interprétation qui lui rapporte son deuxième oscar et la reconnaissance internationale. Alexis Zorba, Zorba le Grec (1964)Adapté du roman de Nicos Kaztantzakis, Zorba, récompensé par trois oscars, est un immense succès international, entre autres grâce à la musique de Mikis Theodorakis. Dans le film de Cacoyannis, un jeune entrepreneur vient d'apprendre qu'il a tout perdu. Désespéré, il demande à Zorba, un vieux danseur de sirtaki, joué par Anthony Quinn, de l'initier à la danse. Et, sur la plage déserte, les deux hommes se mettent à virevolter à un rythme effréné...L'acteur, alors au sommet de son art, est comme libéré de ses démons et se laisse aller à ses fragilités, créant un personnage plein de vitalité, d'exubérance, de sensualité. Crédit photo de une : ©Rue des Archives/RDA
Lire la suite de l'article

Livres audio : dix acteurs à écouter lire - Sun, 19 Apr 2015 11:56:37 +0000

Pierre Arditi confiait au Point en 2014 son amour pour la lecture, publique ou personnelle, indiquant à l'occasion qu'elle est la base du métier d'acteur. Il lit Philippe Delerm avec jubilation mettant tout son talent et sa sa voie rocailleuse à lire un texte précis et rythmé, avec lequel il se sent en résonnace, Je vais passer pour un vieux con. On l'imagine, un petit sourire en coin et l'oeil plissé. (Audiolib, 1h40, 17?) Edouard Baer, lecteur assidu de Modiano, est intarrissable sur l'académicien, son auteur fétiche depuis sa plus tendre enfance. Le hasard faisant bien les choses, c'est parce que la maison d'édition Audiolib a trouvé magnifique sa lecture de Pedigree, faite sur scène en 2008, qu'elle a pensé à lui pour des enregistrements audio. Loin des rôles comiques auquel il nous a habitué, il fait une lecture sensible et lumineuse de Chien de printemps. (Audiolib, 2h20,16.90?)Marie-Christine Barrault. L'auteur Marie-Hélène Lafon a succombé au charme vocal de l'actrice en écoutant sa lecture d'Un coeur simple de Gustave Flaubert. Le choix s'est donc imposé à elle et la comédienne, habituée des planches et de l'exercice, met à la disposiont de son quatrième roman, Joseph, son très grand talent pour rendre les ambiguïtés de cette histoire subtile, qui se refuse à la fois aux nostalgies passéistes et aux engouements de la modernité brutale. (Audiolib, 3h, 16.90?)Myriam Boyer, nommée pour les Molières 2015 pour son rôle dans Chère Elena, incarne avec piquant Renée, accompagnée de Salomé Lelouch, la jeune Paloma, les héroïnes du best-seller de Muriel Barbery, L?élégance du hérisson. Après Josiane Balasco au cinéma -dans le film librement inspiré du roman-, une autre comédienne de talent donne vie à la concierge du 7 rue de Grenelle. (Gallimard, Écoutez lire, 7h, 21.90?)André Dussollier. Qui d'autre que lui pouvait lire le best-seller de Michel Quint? Effroyables jardins, sorti en 2001, a fait l'objet d'une adaptation au théâtre et au cinéma en 2003. À l'affiche du film de Jean Becker on retrouve les acteurs préférés du cinéaste. André Dussollier en tandem avec Jacques Villeret y campent deux amis inséparables qui s'improvisent résistants. Une interprétation toute en sensibillé que l'on retrouve dans cette lecture. (Éditions Thélème, 17?)Guillaume Gallienne, pour qui l'exercice qui consiste à lire des textes de la littérature classique et contemporaine n'est pas nouveau, prête sa voix depuis de nombreuses années aux éditions Thélème. Il a notamment participé à l'enregistrement de l'intégralité de À la recherche du temps perdu. On a pu aussi l'écouter lire à la radio où les lectures ont le vent en poupe -  Un été avec Proust et Ça peut pas faire de mal. L'acteur de la Comédie Française redonne vie au roman de Stendhal, sorti en 1839, La Chartreuse de Parme. (Éditions Thélème, 23?)Jacques Gamblin. On pouvait s'attendre à écouter André Dussolier sur le texte d'Alessandro Baricco, Novecento : pianiste. En effet, le comédien s'est emparé de l'oeuvre au théâtre en 2014 et seul en scène il a donné vie à cette belle histoire. Pour l'image, on se souvient aussi de la merveilleuse adaption cinématographique, en 2002, portée par Adrian Brody. Mais c'est bien Jacques Gamblin que l'on entend ici et il met toute sa sensibilté d'acteur à restituer à la fois l'atmosphère étonnante et l'écriture rare d'une des ?uvres les plus singulières de l'auteur. Novecento : pianiste. (Gallimard, Écoutez lire, 1h30,15.90?)Michael Lonsdale. Il fallait bien tout le talent de celui qui a joué sous la direction des plus grands, Buñuel, Malle, Robbe-Grillet, Sautet,Truffaut et Jean-Pierre Mocky, pour rendre une interprétation saisissante de la nouvelle la plus connue de Maupassant publiée en 1887, Le Horla. Écrit sous la forme d'un journal intime, le texte révèle la trajectoire secrète et fulgurante qui relie la plénitude de la santé au martyre de la démence. Grand lecteur, l'acteur césarisé -Des hommes et des Dieux, Xavier Beauvois, 2010- en rend toute la magnifique puissance (Audiolib, 1h, 9.60?)Fabrice Luchini. Son amour de la littérature le conduit à dire, sur scène et à la radio, des textes de Baudelaire, Valéry ou Céline, et la finesse de ses interprétations valent à ses prestations pourtant exigeantes un très grand succès. C'est donc naturellement vers lui que Valérie Lévy-Soussan, la directrice d'Audiolib, se tourne pour mener à bien le projet Roland Barthes. Merveilleux passeur de textes, il lit des passages de Fragments d'un discours amoureux. Non content de prêter sa voix à l'enregistrement, il en a aussi choisi les extraits les plus accessibles. (Audiolib, 1h10, 19.30?)Lambert Wilson, qui a incarné notamment l'abbé Pierre dans Hiver 54 et un des moines de Tibhirine dans Des hommes et des Dieux, au côté de Michael Lonsdale en 2010, égrène les 576 pages de À l'ombre des jeunes filles en fleurs, deuxième tome de À la recherche du temps perdu de Marcel Proust. Il fallait toute la légèreté et le sérieux du 68e maître de cérémonie du Festival de Cannes pour rendre toute la finesse de ce roman, prix Goncourt 1919, pour lequel il faut s'armer de patience. Le temps des vacances semble propice à l'écoute de ce morceau d'anthologie. (Éditions Thélème, 22h15, 45?)Crédits photo de une : Joel Saget / AFP , Miguel Medina / AFP
Lire la suite de l'article

10 idées de sorties pour les vacances de printemps - Fri, 17 Apr 2015 14:45:40 +0000

 Les expos Aardman, l'art qui prend formeTous les héros qui ont fait le succès des studios britanniques ont pris leur quartier au musée Art Ludique. Wallace et Gromit, les poulets de Chicken Run évoluent au milieu de cinquante décors reconstitués pour l?occasion. Les visiteurs pourront également admirer le travail des graphistes à travers plus de 350 dessins, aquarelles et story boards.Jusqu?au 30 août 2015. Musée Art ludique 34 quai d'Austerlitz, 75013 Paris. Du lundi au vendredi de 10h à 19h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu'à 22h. Samedi et dimanche de 10h à 20h.Le musée imaginaire de TintinPour souffler ses quarante bougies, le musée en herbe a invité Tintin à faire une halte dans la capitale. Cette exposition met en parallèle des planches de la bande dessinée créée par Hergé avec des objets ethnologiques et des ?uvres d?art prêtés par les musées des Arts premiers, Guimet ou bien encore du Louvre. Une façon originale et réaliste d?entrer dans l?univers du célèbre reporter.Jusqu?au 31 août 2015. Le musée en herbe 21 rue Hérold, 75001 Paris. Tous les jours de 10h à 19h, nocturne le jeudi jusqu?à 21h.Harry Potter, l?expositionLes aficionados du jeune sorcier vont pouvoir intégrer la célèbre école de sorcellerie. L'exposition a réussi à recréer les nombreux décors qui jalonnent l'histoire d?Harry Potter et de ses amis : des salles de classe à la cabane d?Hagrid en passant par le terrain de Quidditch. Les objets, accessoires et costumes empruntés aux huit films permettent aux visiteurs de se retrouver au c?ur de Poudlard.Jusqu?au 6 septembre 2015. La cité du Cinéma 20 rue Ampère, 93200 Saint-Denis. De 10h30-19h en semaine, 9h30-20h le week-end, pendant les vacances et les jours fériés.Les spectaclesLa petite fille aux allumettesLa jeune Emma doit vendre des allumettes dans la rue pour subsister. Lorsqu?elle parvient à  craquer l?une d?entre elles pour se réchauffer, elle bascule dans un univers imaginaire. Elle part alors à la rencontre de personnages drôles et attachants et doit sauver sa grand-mère des griffes de Fragolov. Adaptée du célèbre conte d ?Andersen, cette comédie musicale donne un nouveau ton à l?histoire.Jusqu?au 2 mai 2015. Théâtre du Palais-Royal, 75001 Paris. Du mardi au samedi à 14h et le dimanche à 11h.Les Grandes Eaux musicalesPour prendre un bon bol d?air, explorez  les jardins du château de Versailles en contemplant les eaux jaillissantes des bassins, des fontaines et des bosquets  au rythme de la musique. Les Grandes Eaux musicales vous donnent rendez-vous et proposent de nombreuses chorégraphies aquatiques sur fond sonore baroque. Plusieurs parcours - pour les flâneurs ou les passionnés-  font ainsi revivre les grandes heures du règne de Louis XIV.Jusqu?au 1er novembre 2015. Château de Versailles,  place d?Armes, 78000 Versailles. Les samedis et dimanches et les mardis du 26 mai au 30 juin 2015. Ouverture des bosquets de 9h à 18h30.Bastien et la magie des PourkoipasBastien est un gentil garçon doux rêveur et rieur. Il arrive au pays des Pourkoipas où l?on peut devenir magicien. Mais il a besoin d?aide car les objets de cette contrée ne manquent pas d?imagination. Drôle et poétique, le prestidigitateur partage son bonheur d?être sur scène avec une jolie dextérité et invite le public à participer. Il amuse autant qu?il fait rêver.Jusqu?au 3 mai 2015. La Manufacture des Abbesses 7 rue Véron, 75018 Paris. Les dimanche, jeudi et vendredi à 15h, le mercredi à 14h.Prévert, Kosma et moi. Voilà! Béatrice Fontaine et son complice accordéoniste s?amusent avec les mots de Prévert et les notes de Kosma. Tout est propice à leurs jeux d?enfants dans une classe désertée par les règles de calcul et de grammaire : l?accordéon épouse, accompagne la voix, la devance et la poursuit, jouant à cache-cache avec les mots. Un spectacle musical poétique et intime qui mêle la gaîté à la gravité.Jusqu?au 28 mai 2015. L?Aktéon 11 Rue du Général-Blaise, 75011 Paris. Les mercredis et jeudis à 21 h 30.Les filmsEn route !Dans En route !, les créateurs de Dragons donnent vie à Oh, petite chose violette à l'apparence visqueuse, dotée de huit pattes et d'une paire d'yeux globuleux. Le charme de cette comédie d'animation repose pourtant en grande partie sur les épaules de cet alien. Le message du film est sans prétention, il compose avec le road-movie et la science-fiction.En route ! de Tim Johnson, durée 94 minutes. CendrillonLe conte de fées de Charles Perrault est à nouveau à l?écran. La jeune Cendrillon harcelée par sa belle-famille va connaître grâce à sa marraine une incroyable destinée. D'un coup de baguette magique, Kenneth Branagh transforme le célèbre dessin animé en film presque réaliste. Tout en respectant la charte Disney, il s'en affranchit avec humour. La chorégraphie rock'n'roll du bal est très réussie, et les effets spéciaux tout à fait gracieux.Cendrillon de Kenneth Branagh, durée : 104 minutes.Shaun le moutonLes studios d'animation Aardman  (Wallace et Gromit, Chicken Run) reviennent avec Shaun le mouton L?espiègle Shaun est désormais au centre d'un voyage initiatique depuis sa province anglaise jusqu'à la grande ville où son fermier s'est accidentellement égaré. Les réalisateurs Mark Burton et Richard Starzak maintiennent l'attention grâce à l'humour très british tout au long d'un récit pittoresque et moderne.Shaun le mouton de Mark Burton et Richard Starzak, durée 85 minutes.Crédit photo de Une : © StudioCanal
Lire la suite de l'article

L'Hermione sur les traces de La Fayette - Fri, 17 Apr 2015 08:43:04 +0000

Là où naquit le célèbre marquis le 6 septembre 1757La demeure natale de Gilbert du Motier de La Fayette, une maison forte du XIVe siècle à l?origine, est située dans le petit village de Chavaniac en Haute-Loire. Maintes fois remanié, le château, classé à l?Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1989, est la propriété du département de Haute-Loire depuis 2009. Il abrite aujourd?hui le musée du général. Rouvert depuis le 28 mars 2015 après une campagne de restauration, la forteresse propose une visite scénographique de l?univers de la vie du marquis de La Fayette dans l?ambiance du XVIIIème siècle : films, musique, jeux de lumière, commentaires sonores.Le saviez-vous ? La Fayette est le créateur de la cocarde tricolore arborée par tous les révolutionnaires qui inspirera le drapeau tricolore symbole de la République Française.Château Lafayette, 43230 Chavaniac-Lafayette. Tous les jours sauf le mardi. De 10h à12 et de 14h à 18h. De 5? à 7?. Tél. : 04 71 77 50 32.Là où repose sa dépouille La Fayette meurt le 20 mai 1834 à Paris, il est enterré au cimetière privé de Picpus où il repose aux côtés de son épouse, née Adrienne de Noailles, décédée en 1807. Un drapeau américain flotte en permanence au-dessus de sa tombe. Il est renouvelé tous les 4 juillet, date de l?indépendance, où l?ambassade des États-Unis vient lui rendre hommage ainsi que des représentants de la ville de Paris, du Sénat et autres communautés d?amitié du « héros des deux mondes ». Tout autour de sa tombe repose une partie de ses descendants et des membres des familles alliées : La Fay de La Tour Maubourg, Lasteyrie du Saillant?Le saviez-vous ? Lors de son débarquement en France en 1917, le lieutenant-colonel américain E. Stanton lança devant sa tombe la fameuse apostrophe : « La Fayette nous voilà ! ».Cimetière de Picpus, 35 Rue de Picpus, 75012 Paris. Du lundi au dimanche. De 14h à 16h. Quand le 7e art s?empare du général La Fayette, de Jean Dréville Sorti en 1962, le film raconte l?engagement du jeune marquis, issu d'une ancienne famille d'Auvergne fortunée, qui peu après s'être marié avec la fille du duc d'Ayen, décide de quitter l'armée royale pour aller combattre aux côtés des insurgés américains, malgré l'opposition de sa famille. Le rôle principal est interprété par le comédien Michel Le Royer qui donne la réplique à Vittoria de Sica, Orson Welles, Jack Hawkins. Le tournage entre la France, aux studios de la Victorine à Nice, et la Yougoslavie a duré 8 mois.1 vidéo du film consultable à la cinémathèque française. La cinémathèque française - Musée du cinéma, 51, rue de Bercy 75012 Paris. Accès libre. Tèl. : 01 71 19 33 33La révolution française, de Robert Enrico Une superproduction internationale en deux parties, réalisée à l?occasion du bicentenaire de la révolution en 1989. Une première partie regroupe les évènements de 1789 au 10 août 1792, quand le roi Louis XVI est jeté en prison, tandis que la seconde partie va jusqu'à la fin de la Terreur en 1794, avec les exécutions de Louis XVI, Marie-Antoinette, Danton et Desmoulins...Entouré d?une flopée de bon acteur, Klaus-Maria Brandauer en Danton, Andrzej Seweryn en Robespierre, Jean-François Balmer en Louis XVI, pour ne citer qu'eux, l?acteur néo-zélandais  Sam Neill incarne La Fayette. Malgré des moyens gigantesques, près de 200 rôles, 30 000 figurants, 40 000 costumes et 185 jours de tournage, le film produit par Alexandre Mnouchkine n?a pas fait l?unanimité à sa sortie en salle.La Révolution française - Version intégrale - Les années lumière & Les années terribles disponible en DVD. 20?Citoyen des Deux Mondes Aux États-Unis, le nom de La Fayette est synonyme d?estime et de reconnaissance. «L?enfant chéri de l?Amérique» est un héros venu au secours des révoltés américains. Son rôle fut primordial dans la naissance et les débuts de l?amitié franco-américaine. À titre posthume, La Fayette est fait citoyen d?honneur des Etats-Unis, en 2002. Le saviez-vous ? 31 villes et 17 comtés portent encore son nom aujourd?hui (Lafayette, Fayetteville , etc.) sans compter les multiples monuments et autre témoignages.Crédit photo de une : ©Superstock/Rue des Archives
Lire la suite de l'article

Cinq musées parisiens où flâner au printemps - Thu, 16 Apr 2015 10:53:09 +0000

1. La Fondation Louis VuittonCe  voilier de verre inauguré le 20 octobre 2014 se situe à l?orée du Bois de Boulogne : un lieu idéal pour allier art et promenade ! Le billet d?entrée de la Fondation donne accès au Jardin d?Acclimatation. Ainsi, aux beaux jours, vous pourrez profiter des chefs-d??uvre de l?exposition « Les Clefs d?une Passion » avant de déambuler dans le parc. Un petit creux ? Le Franck, le restaurant de la Fondation, propose des pâtisseries et des glaces. Si vous aimez avoir le choix, vous tombez bien, car d?avril à septembre, le Jardin d?Acclimatation invite les meilleurs food-trucks de la capitale dans ses allées. Cookies, donuts ou cheesecake chez « La Dînette mécanique » ou yaourts glacés aux fruits frais et muesli chez « Chacun ses goûts », il ne vous reste plus qu?à trouver un banc pour déguster vos achats !2. Le musée Rodin Protégé des regards, le jardin du musée Rodin se compose d?un grand parterre agrémenté d?un bassin et d?une roseraie. Installées au hasard des bosquets dans ce parc de trois hectares, de nombreuses ?uvres de Rodin parmi lesquelles le célèbre Penseur s?offrent à la vue du promeneur attentif. Le sculpteur lui-même avait fait installer certaines de ses créations de ce jardin sauvage dès 1908. Au fond du parc, vous pourrez vous restaurer au café du musée : pour un goûter ensoleillé, les petits cakes au chocolat (3?), tartes fines (5,60?), fruits (1,95?) ou pâtisseries vous tendent les bras pour des prix raisonnables.  L?occasion au passage de découvrir des sculptures parfois inachevées de Rodin, sorties des réserves du musée pour l?été (jusqu?au 27 septembre) et les photographies de Robert Doisneau (jusqu?au 22 novembre).3. Le Petit Palais Le pont Alexandre III, l?avenue Winston Churchill, les Champs-Elysées et le cours la Reine, autant d?artères importantes où les voitures roulent à pleine vitesse : entre les pots d?échappement et les klaxons, difficile d?imaginer le calme. Et pourtant, il existe un endroit où vous réfugier. Au c?ur du musée du Petit Palais se niche un jardin coupé du monde. Bassins, végétation luxuriante, colonnades et mosaïques, c?est un véritable havre de paix. Après avoir profité de la collection permanente du musée ou admiré les splendeurs des Bas-fonds du Baroque (exposition temporaire visible jusqu?au 24 mai), on vous conseille de faire une pause dans le café du jardin qui propose de nombreuses gourmandises. Mieux que n?importe quel coaching sérénité !4. Le musée Jacquemart-André L?hôtel particulier d?Edouard André et sa femme Nélie Jacquemart est devenu à leur mort un musée des beaux-arts et d?arts décoratifs tout en conservant son lustre d?antan. Une fois que vous aurez déambulé à travers les pièces richement meublées pour admirer non seulement les ?uvres de la collection familiale mais également les toiles de Giotto ou du Caravage collectées par Roberto Longhi (exposition temporaire visible jusqu?au 20 juillet), faites une halte dans le salon de thé. Installé dans l?ancienne salle à manger, il déborde sur une terrasse donnant sur la magnifique cour intérieure de l?hôtel. Les cafés gourmands sont aussi délicieux que la vue est agréable.  5. Musée de la Vie romantique Dans l?ancien atelier d?Ary Scheffer, peintre romantique du XIXème siècle, des portraits et des toiles du maître de maison et de ses contemporains continuent à rendre hommage à ce genre artistique qui englobait tout un art de vivre. Des meubles d?époque et des bijoux ayant appartenus à George Sand nous plongent au c?ur des années 1840-1850. Mais la pépite du lieu est à chercher à droite de l?allée pavée : une serre et un jardin plein de charme se dévoilent à nos yeux. Sous les arbres centenaires qui ont vu défiler Delacroix et Chopin, installés sur des chaises et tables en fer forgé, vous pourrez siroter une citronnade ou une boisson chaude accompagnée d?une gourmandise pour la modique somme de 5,70?.     Crédit photo à la une : ©Alexis Berg
Lire la suite de l'article

Les meilleures séries littéraires pour adolescents - Wed, 15 Apr 2015 14:22:27 +0000

 L?Expérience Noa Torson ? tome 1La jeune hackeuse Noa se retrouve à l?hôpital sans savoir pourquoi. Échappant à des tueurs elle va rapidement être embarquée dans une aventure qui la dépasse. Cette série a tous les ingrédients pour fonctionner : action haletante, intrigues subtiles, rebondissements saisissants. Pris dans une course époustouflante, on suit l?histoire à cent à l?heure. Le discours politisé sur la recherche médicale donne de la hauteur  à l?ouvrage et incite les adolescents à réfléchir sur le monde d?aujourd?hui.Ne t?arrête pas, le 29 janvier en librairie.Red Queen ? tome 1Mare Barrow est une jeune fille pauvre qui appartient à la caste des Rouges, celle des laissés-pour-compte face à au clan de la Royauté. Se découvrant des pouvoirs extraordinaires, elle décide de s?en servir pour intégrer la classe princière et aider l?armée secrète de son camp à renverser le pouvoir. L?histoire de cette nouvelle héroïne réunit à la fois le côté fantastique et rebelle d?Hunger Games et l?aspect clanique de Game of Thrones. Elle permet également d?éveiller la conscience des jeunes adolescents sur le libre arbitre et la soumission.Red Queen, tome 1, le 11 mars en librairie.Les Macchabs ? tome 2La série des morts-vivants revient hanter les esprits des jeunes adolescents. Après avoir intégré la « base Alpha »pour s?initier aux techniques de combats contre les Macchabs, William Ritter poursuit sa mission au sein de la bande des Clairvoyants : chasser les moribonds des corps-hôtes qu?ils ont revêtus. Le second volet reprend les recettes qui ont fait le succès du premier en y ajoutant une dimension personnelle et familiale. La tension monte d?un cran quand la mère du héros se rapproche dangereusement de la souveraine des Macchabs.La Reine des Macchabs, le 22 janvier en librairie. Les autodafeurs ? tome 3Cette aventure française démarre lorsque le père d?Auguste et Césarine meurt assassiné dans un accident de voiture. Les deux enfants réalisent chacun à leur manière qu?ils deviennent les passeurs du savoir à travers les livres et les bibliothèques. Ils découvrent qu?ils doivent livrer un combat familial plus que millénaire contre  la société secrète des autodafeurs. L?originalité de cette série réside dans la narration. C?est la jeune s?ur qui donne le ton et l?intensité du drame qui se noue. Elle sait et perçoit plus de choses que son frère aîné dans cet univers réaliste et fantastique.Nous sommes tous des propagateurs, le 6 mai en librairie.Geek girl  - tome 3Le premier tome avait démarré lentement, l?auteur  Holly Smale ayant pris le temps de poser les personnages et la situation initiale. Harriet, jeune adolescente américaine originale et mal-aimée est repérée par une agence de mannequin. L?occasion est trop belle pour changer son image de geek intello et reprendre confiance en elle. Cette série reprend les standards de l?univers de « filles » réaliste : amour, amitié, célébrité. Les aléas qui se dressent sur le chemin de l?héroïne ne font que renforcer sa détermination.Geek girl, tome 3, le 2 avril en librairie.Les Partials ? tome 3Toujours dans un univers apocalyptique, Kira Walker cherche un remède à l?expiration des Partials : des robots humanoïdes créés pour l?armée qui meurent vingt ans après le début de leur mise en service. C?est le moment qu?ils choisissent pour lancer une offensive sur l?une des dernières communautés humaines. Le nombre de points de vue de narration plus important que dans les tomes précédents donne à l?histoire plus d?intensité. L?action réaliste reste toujours riche en rebondissements et en suspense.Ruines, le 1er avril en librairie.S?urs sorcières  - tome 3Le premier volume a posé les bases de l?histoire pas à pas mais la suite a embrasé les c?urs et les esprits au fur et à mesure de l?intrigue. Détentrices de pouvoirs de sorcellerie,  Cate, Maura et Tess doivent précieusement garder ce secret sous peine d?être anéanties par les Frères. Au c?ur de leur projet tourne la réalisation d?une prophétie. Qui en sera la réincarnation ? Dans ce dernier tome, les étaux se resserrent autour de chaque héroïne. Dans une Angleterre imaginaire du XXe siècle, cette saga a un léger parfum de Jane Austen teinté d?envoutement.S?urs sorcières, tome 3, le 9 avril en librairie. I hunt Killers ? tome 3C?est le troisième et dernier volet de cette série policière. Par son père, lui-même tueur en série, le jeune Jazz décrypte les codes de ces criminels. Sorte de jeune profileur, il aide la police américaine dans ses investigations. Parallèlement il cherche à connaître la vérité sur la mort de sa mère et recherche la trace de son père qui s?est évadé de prison.  Ce thriller pour jeunes lecteurs allie suspense et réalisme de façon originale.I hunt Killers, tome 3, le 6 mai en librairie.Les héros de l?Olympe - tome 5C?est la seconde grande série de Rick Riordan. Après les péripéties de Percy Jackson,  l?auteur poursuit son exploration des mondes antiques grec et romain à travers plusieurs jeunes héros qui racontent chacun un chapitre de l?aventure. Leur but : aider les sept demi-dieux à combattre les Géants, bras armés de Gaïa chargés de les tuer. Mêlant mythologie, monde contemporain et fantasy, les scènes de combats sont toujours époustouflantes et donnent du corps à la narration.Le Sang de l?Olympe, le 11 mars 2015 en librairie.L?Épouvanteur  - tome 11Un autre cycle commence dans ce onzième volume : nouveaux héros, nouvelle trame, nouvelle approche avec plusieurs points de vue narratifs. Un père de famille passe un pacte avec Sliter un mage loup buveur de sang en lui promettant de lui donner sa fille aînée à la condition que ses deux autres filles soient mises en sécurité chez leur oncle et tante. De là vont découler toutes les péripéties. On reste dans le lugubre et le fantastique avec les rebondissements et les frissons qui ont fait le succès de la saga. Le pacte de Sliter, le 19 février en librairie.
Lire la suite de l'article

Dix idées de sorties hors des sentiers battus - Tue, 14 Apr 2015 15:37:40 +0000

Un cimetière insolitePremier cimetière pour animaux domestiques au monde, inscrit à l?Inventaire des monuments historiques, il accueille depuis 1899, les dépouilles mortelles d?animaux de compagnie anonymes ou célèbres, comme Rintintin, héros d?une série télévisée. En bord de Seine, il fait bon déambuler au milieu des sépultures richement sculptées ou simplement fleuries, témoignages de l?affection des maîtres envers leurs compagnons.Cimetière des Chiens d?Asnières, 4, pont de Clichy 92600 Asnières. Ouvert tous les jours, sauf le lundi, de 10h à 18h. De 1.50? à 3.50?.Un vestige de l?Exposition UniverselleRestauré en 2013, le Pavillon des Indes, commandé par le futur Edouard VII à l?occasion de l?Exposition universelle de 1878 à Paris et propriété de la ville de Courbevoie depuis 1951, est inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques. Il abrite une exposition permanente présentant son histoire ainsi qu'un hébergement pour un artiste en résidence.Le Pavillon des Indes, 142, boulevard Saint-Denis Parc de Bécon 92400 Courbevoie - Visites sur réservation téléphonique obligatoire auprès du Musée Roybet Fould. Tèl. : 01 71 05 77 92L?absinthe dans tous ses étatsC?est à un voyage à travers le XIXe siècle que nous convie le musée, au cours duquel on apprend les vertus et les dangers de cette plante médicinale, l?origine de la liqueur, sa fabrication en Suisse, son rituel de consommation?Tout cela grâce à des d?objets : plantes, bocaux, cuillères à absinthe, fontaines, verres à boules?et de nombreuses affiches originales datant d?avant 1915.Musée de l'Absinthe, 44, rue Callé 95430 Auvers-sur-Oise. Samedi et dimanche de 13h30 à 18h. De 4? à 11? avec ou sans dégustation. Tèl.: 01 30 36 83 26Le château des contes de PerraultUn endroit pas banal, avec 50 statues de cire réalisées par le Musée Grévin qui racontent 400 ans d'histoire et qui illustrent les contes de Charles Perrault (Le Chat botté, Barbe bleue, le Petit Poucet, le Petit Chaperon rouge, Cendrillon). Un parc magnifique avec des aires de jeux et un labyrinthe où il fait bon pique-niquer. Les beaux jours arrivent, il va falloir en profiter.Château de Breteuil, Choisel, 78460 Chevreuse. Le parc : 10h à 20h, le château : 14h30 à 17h30. Contes de Charles Perrault à 16 h 30 les dim., jours fériés et tlj pendant les vacances scolaires. De 9? à 15,90?. Tél. : 01 30 52 05 02Jean Dubuffet en son villageInventeur de l?art brut, le sculpteur Jean Dubuffet installe dès 1969 ses ateliers de sculpture à Périgny. C?est là qu?il construit entre 1971 et 1976 la Closerie Falbala, sorte de jardin clos de mur, aujourd?hui classée monument historique. Cette ?uvre majeure de sa fondation recouvre 1.610 m2 et comporte en son centre la villa Falbala qui abrite le Cabinet logologique, un lieu de méditation.Fondation Jean Dubuffet - Closerie Falbala, ruelle aux Chevaux 94520 Périgny-sur-Yerres. Toute l?année sauf les lundis, mercredis et jours fériés. De 4,50? à 8?. Visite guidée, sur rendez-vous uniquement. Tèl. : 01 47 34 12 63Frissonner de peurEn son «musée», Jacques Sirgent, propriétaire des lieux, fait partager sa passion et le décor de sa maison «hantée». Sont proposées, aux visiteurs téméraires, des visites-conférences qui abordent toutes les thématiques autour des vampires, tout en sirotant un cocktail Dracula. Âmes délicates s?abstenir !Musée des Vampires et des Monstres de l'Imaginaire, 14, rue Jules-Davi 93260 Les Lilas. De 5? à 6?. A partir de 10 ans. Sur réservation. Tèl. : 01 43 62 80 76 Le cinéma grandeur natureC?est au c?ur d?une ancienne centrale électrique construite début 1900 que Luc Besson a installé son temple du 7e Art. Vous êtes invités à plonger dans l?univers du cinéma avec une visite guidée qui vous emmène Avenue des studios, dans les ateliers décors et vous fait vivre les anecdotes et les secrets de tournages?La cité accueille en ce moment l?exposition «Harry Potter».Cité du cinéma, 20, rue Ampère 93413 Saint Denis. Visite guidée sur réservation uniquement. Tèl. : 08 25 05 44 05. Exposition Harry Potter: 10h30-19h en semaine, 9h30-20h week-end. De 14,99? à 19,99?Un monstre dans la forêtUne construction hors norme, faite de béton et d?acier, haute de 22,50 mètres, créée par l?artiste suisse Jean Tinguely. Propriété de l?État depuis 1987, le site inauguré en mai 1994 par François Mitterrand est ouvert au public. Le visiteur est convié à suivre le réveil du monstre, une grande expérience artistique.Le Cyclop de Jean Tinguely, Lieu dit « Le bois des pauvres » 91490 Milly-la-Forêt. Ouvert du 28 mars au 15 novembre 2015. De 5? à 7?. Visites guidées uniquement. Tèl. : 01 64 98 95 18.Des petits trainsUn lieu unique en France abritant plus de 4.000 pièces de collection de train-jouets et 400 mètres de voies retraçant l?histoire fabuleuse du chemin de fer. Le musée du train miniature situé à Rambouillet plait aux petits comme aux grands. Laissez-vous entrainer pour un voyage à bord d?une locomotive à vapeur qui fonctionne comme les vrais grâce à une chauffe au charbon.Musée Rambolitrain , 4, place Jeanne-d'Arc 78120 Rambouillet. Du mercredi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 17h30. De 2,50? à 3,50?. Tél. : 01 34 83 15 93Atout cartesSeul et unique musée sur ce thème, le Musée de la Carte à Jouer d'Issy-les-Moulineaux invite le visiteur à découvrir le monde de la carte « à jouer » et de ses utilisations, tous pays et toutes époques confondus, à travers les 11.500 ensembles conservés. Et actuellement une exposition «Jeux et merveilles» qui permet de découvrir le fabuleux cabinet de curiosité du collectionneur Jean Verame.Musée Français de la Carte à Jouer, 16, rue Auguste Gervais 92130 Issy Les Moulineaux. Mercredi. Samedi et dimanche de 11h à 18h, jeudi de 14h à 20h, vendredi de 14h à 18h. De 3? à 3,80?. Tél. : 01 41 23 83 60.Crédit photo de une : Château de Breteuil/Michel André
Lire la suite de l'article

Cinq Afro-américains sous les feux de la rampe - Thu, 09 Apr 2015 16:04:59 +0000

1. Joséphine BakerCe 12 avril 2015, cela fait 40 ans que Joséphine Baker nous a quitté. La meneuse de revue, chanteuse et danseuse est souvent considérée comme la première star noire. En 1925, armée de son talent et de son pagne de bananes, elle hypnotise le public du Théâtre des Champs-Elysées en dansant sur un rythme charleston dans la Revue nègre. Si de nombreux spectateurs dénoncent un spectacle stéréotypé, il permet à Joséphine de devenir l?égérie des artistes cubistes et de diffuser la musique jazz à Paris. Résistante pendant la guerre, elle continue par la suite à relayer les actions de Martin Luther King en France, ?uvrant ainsi contre le racisme et la ségrégation.2. Hattie McDanielL?actrice, née en 1895 dans le Kansas d?un père ancien esclave, débute sa carrière au cinéma dans les années 30. En 1939, elle est choisie par David Selznick pour incarner Mammy dans Autant en emporte le vent. Elle devient la première Noire à obtenir un Oscar (meilleure actrice dans un second rôle) et est surtout la première à assister à la cérémonie en tant que participante et non en tant que servante. Critiquée par la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People) car elle accepte des rôles jugés dévalorisants pour sa communauté, elle répond : « Pourquoi me plaindrais-je de gagner 7 000$ par semaine en jouant le rôle d?une domestique ? Si je ne le faisais pas, je gagnerais 7$ par semaine en travaillant comme femme de ménage. » L?actrice a également ouvert la voix à de nombreuses comédiennes de talent comme Lena Horne, qui stipule quelques années plus tard dans ses contrats qu?elle refuse de jouer des domestiques.3. Naomi SimsDans les années 1970, les podiums sont dominés par de belles plantes à la peau blanche. Pourtant, l?une d?entre elles se distingue : il s?agit de Naomi Sims, première Noire à s?imposer dans les défilés et sur la couverture des magazines, comme Ladies? Home Journal ou Fashion of the Times. Inspirée par Donyale Luna, qui avait posé pour le Vogue britannique en 1966, celle qui se considérait comme ambassadrice de la communauté black a gagné son combat : lui ont succédé Beverly Johnson, en couverture du Vogue américain en 1974, Iman Abdulmajid, Katoucha Niane ou encore Alek Wek. Aujourd?hui, la fashion sphère fond pour Chanel Iman ou Joan Smalls.4. Toni MorrisonNée en 1931, Toni Morrison grandit dans un climat d?émancipation des Noirs. En 1973, l?écrivaine et éditrice publie The Book, une anthologie d?écrivains noirs. Ses romans, comme Beloved, Jazz ou Love, expriment les difficultés des Noirs à s?intégrer dans la société capitaliste dominée par les Blancs tout en restant fidèles à leur héritage. Egalement auteur d?une pièce de théâtre sur Martin Luther King intitulée Dreaming Emmet, en référence à l?adolescent noir Emmett Till, assassiné dans d?atroces conditions en 1955, elle reçoit le prix Nobel de littérature en 1993. Elle est la première femme de lettres noire à obtenir cette récompense et a largement contribué à porter sa communauté sur le devant de la scène littéraire.5. Oprah Winfrey« Oprah Winfrey a plus d?influence sur la culture que n?importe quel président d?université, politicien, ou chef religieux, excepté peut-être le Pape », a écrit le Vanity Fair américain. C?est dire à quel point la présentatrice, née en 1954, est reconnue dans son pays. Ecrivaine, philanthrope et actrice (« La couleur pourpre », « Selma »), elle est surtout connue pour son talk-show éponyme qui a popularisé le « rapport talk », une forme de débat sur la personnalité plus que les actions menées par ses invités. Non seulement elle est la première femme afro-américaine à avoir un tel programme à son nom, mais elle est aussi la première milliardaire de sa communauté. Défenseuse de la cause gay et du parti démocrate, elle est une source d?inspiration pour les Américaines noires et promeut leur ascension sociale.Crédit photo à la une : ©Rue des Archives/RDA
Lire la suite de l'article

Lastournelle, Thaïs, Villars?les grottes touristiques à visiter ce week-end - Thu, 09 Apr 2015 11:20:29 +0000

Pour les adeptes de sport ou d?émotions fortesVous pouvez descendre en rappel sur 50m dans la grotte d?Orgnac, site de l?Aven, pour des randonnées souterraines. Au gouffre de Proumeyssac dans le Périgord, vous pouvez admirer et frémir devant les funambules de l?extrême qui circulent sur une slackline (sangle souple). Cette expérience est aussi possible avec "La grande traversée lumineuse" de la cathédrale souterraine de la grotte des Demoiselles à Saint Bauzille de Putois dans le Languedoc.Pour les amoureux de la nature De température constante à 14°C, l?air des grottes est très pur et bon pour la santé. L?humidité filtrerait la pollution. En Limousin entre Périgord et Quercy, le gouffre de la Fage à Noailles, vous emmène dans le domaine des chauves-souris. 14 espèces y résident, près de 140000 individus en moyenne y trouvent refuge l?hiver. Elles sont suspendues et à portée des yeux (jusqu'à moins de 50 cm). À la grotte de Lastournelle à Sainte Colombe de Villeneuve, un spéléologue vous fait découvrir une faune étrange et nombreuse présente malgré un environnement qui semble peu propice à la vie. Une participation à l'animation faune cavernicole « chiroptères, témoins de la biodiversité du Vercors » vous est proposée à la grotte de Choranche.Pour les passionnés de fossiles À la grotte préhistorique de Thaïs à St Nazaire en Royans, un guide présente certaines pratiques des anciens habitants et accueille les visiteurs dans la nouvelle galerie aménagée. On y découvre les différentes techniques de la taille de silex et l?allumage du feu avec seulement du bois! Les visiteurs peuvent s?initier à l?art préhistorique avec des pigments naturels (ocres et charbon) à la grotte du Villars près de Brantôme en Dordogne.Pour de nouvelles expériences Quoi de plus original qu?un concert dans une grotte,  vous pouvez écouter Jean-François Gérold, dit Le Condor pour un concert de musique du monde à la grotte de la Cocalière entre Alès et Aubenas.  Le dimanche 12 avril, un grand concert de Trompes de chasse est donné au gouffre  des Demoiselles. Une visite sonore et sensitive d?une heure est organisée aux grottes préhistoriques d'Isturitz et Oxocelhaya dans la vallée de L?Arberoue. Laissez-vous gagner par la magie de voler sous terre avec des démonstrations de vols en ballon dirigeable dans la Grotte de la Salamandre entre Nîmes et Alès. La grotte de Clamouse à trente minutes de Montpellier, vous invite à un voyage burlesque au c?ur de la terre pour découvrir les lieux autrement en compagnie des « Guides Incompétents » de la Compagnie Théâtrale « Art Scène Lutin ».Informations pratiques : Journées nationales des grottes touristiques, 11 et 12 avril 2015 dans toute la France.Crédits photo de une (de gauche à droite et en bas) : Grotte des Moidons © S. Reverchon, © Grotte de la Salamandre, © Gouffre de Proumeyssac, Grotte des Moidons © S. Reverchon
Lire la suite de l'article

5 arrondissements parisiens où admirer du street art - Fri, 03 Apr 2015 15:34:37 +0000

1. Le XXeEpicentre du street art s?il en est, le XXème arrondissement regorge de petites merveilles. Commencez par la rue Dénoyez dont aucune façade n?a été oubliée. Elle est d?ailleurs menacée de destruction : foncez avant qu?il n?y ait plus rien à voir ! Continuez avec le parc de Belleville. Vous trouverez des ?uvres de l?artiste  Seth sur les colonnes du belvédère et des fresques de l?association Art Azoï un peu partout ailleurs. Descendez enfin jusqu?à la rue Louis Delgré, où les murs d?un centre sportif sont recouverts de joyeux graffitis.2. Le XIeQuelques pas plus loin, direction le XIème arrondissement. Sur un panneau au croisement de la rue Oberkampf et de la rue St Maur, l?association M.U.R. (Modulable, Urbain, Réactif, fondée en 2003), propose à un artiste toutes les deux ou trois semaines de coller une affiche ou réaliser directement une oeuvre de 3 mètres sur 8. Cette source d?inspiration intarissable peut être complétée par une halte rue Scarron, où une jeune fille au regard profond a pris vie sous les coups de bombe de David Walker.3. Le XIIIeLa mairie du XIIIe et la galerie Itinerrance sont les acteurs clés de cet arrondissement dynamique. On y trouve des fresques gigantesques : du très médiatisé Shepard Fairey (Obey) à eL Seed, auteur de la fresque qui couvre la façade de l?Institut du Monde Arabe, en passant par Seth et ses enfants rêveurs, tous y ont laissé leur marque. Pour vous retrouver dans cette profusion d??uvres plus spectaculaires et sensibles les unes que les autres, faites un petit tour sur le site de la galerie Itinnerrance qui propose deux parcours piétons pour découvrir les graffitis du quartier. 4. Le IVeOui, le street art est partout, même dans le plus bobo des arrondissements ! Place Igor Stravinsky, à deux pas du Centre Pompidou, le visage d?un homme sorti tout droit de l?imagination de Jef Aérosol habille un immeuble. Au BHV, c?est Mr Chat qui s?affiche sur un rideau de fer. Si vous êtes plutôt tendance geek, promenez-vous rue du Temple : elle regorge de « space invaders », ces petits personnages en mosaïques cachés dans tout Paris. Quant à Goldorak, c?est sur un mur de la rue Sainte Croix de la Bretonnerie qu?il a été installé par son auteur Pimax.5. Le XeDans le Xe arrondissement, les street artists avancent en terrain conquis ! Le Quai de Valmy est leur repère : vous pourrez y admirer tout un mur de graffitis. Au fil du Canal Saint Martin, les ?uvres naissent puis sont remplacées par de nouvelles régulièrement. Rue Bichat, Chanoir a installé ses petits félins un peu partout. Rue des Vinaigriers, ce sont les petits collages de Fred le Chevalier, Pole Ka et Tristan des Limbes qui tiennent le haut du pavé. Et regardez bien autour de vous : de nombreux poissons volent sur les murs. Crédit photo à la une : ©Underground Paris (association qui propose aussi des circuits découverte sur-mesure !)
Lire la suite de l'article

Un dimanche de Pâques tout chocolat - Fri, 03 Apr 2015 12:23:04 +0000

Connaissez-vous Choco-Story, le Musée Gourmand du Chocolat? Non? Alors pourquoi ne pas profiter de ce week-end prolongé pour remédier à cette injustice. Cet établissement privé, inauguré à Paris en 2010, est le troisième de la série a ouvrir après Bruges en Belgique et Prague en République Tchèque, à l'initiative d'une famille belge de collectionneurs passionnés... de chocolat.Petits et grands sont les bienvenus dans ce lieu magique ouvert tous les jours tout au long de l'année pour le bonheur de tous. Sur place, à découvrir 4.000 ans d'histoire du chocolat, depuis les Olmèques jusqu'à notre civilisation, à travers une collection unique d?un millier d?objets. Vous saurez tout du cacao. À l'origine divin nectar et monnaie d'échange chez les Mayas, le breuvage conquiert les grandes cours d'Europe avant de se démocratiser. Apprenez par exemple que c?est Anne d?Autriche, fille de Philippe III, Roi d?Espagne, arrivée en France accompagnée de sa « molina », une servante experte dans la préparation de la boisson cacaotée, qui introduit le chocolat à la cour de France en épousant Louis XIII en 1615.Au-delà de l?aspect historique, le musée détaille également les méthodes de fabrication du chocolat, les ingrédients utilisés et l?évolution de sa fabrication au fil des siècles, tout cela aux cours de démonstrations organisées en permanences, avec des dégustations à la clé.Les enfants sont particulièrement choyés grâce à un parcours ludique imagé et un questionnaire faisant appel au sens de l'observation. Et des ateliers sont organisés par tranche d?âge pour réaliser des bonbons chocolatés à déguster dès le retour à la maison.Le musée organise aussi des expositions thématiques. À voir en ce moment : Banania, des origines à nos jours, sur les pas de Pierre Lardet, un voyage passionnant au Nicaragua. Informations pratiques : 28 bd Bonne Nouvelle, 75010 Paris - ouvert du lundi au dimanche de 10 à 18h - de 6 ? à 9 ?. Gratuit pour les moins de 6 ans.Le saviez-vous? Pâques a donné son nom à un prénom, Pascal, à une île, l?île de Pâques, découverte le jour du même nom et à une fleur : la pâquerette qui fleurit à Pâques. Crédit photo de une : Credit ©Rue des Archives/AGIP
Lire la suite de l'article

L'art contemporain en cinq adresses à petit prix - Thu, 02 Apr 2015 17:03:04 +0000

1. Le Palais de TokyoC?est l?institution d?art contemporain la plus branchée du moment. Créé en 2002, le  Palais de Tokyo est devenu un centre à la programmation ambitieuse et à la superficie (22 000m²) lui permettant toutes les audaces. Laissant une quasi carte blanche aux artistes invités, il n?en oublie pas pour autant la dimension pédagogique de son travail.L?adresse : 13 avenue du Président Wilson, 75016Les horaires : de midi à minuit tous les jours sauf le mardi Les prix : 10? (plein tarif), 8? (tarif réduit), 20? (tarif saison)2. La Fondation Cartier pour l?Art contemporainPlus chic, la Fondation Cartier pour l?Art contemporain s?est imposée dans le c?ur des Parisiens. Baies vitrées gigantesques et jardin plein de charme derrière le bâtiment, l?endroit est un paradis pour les amateurs d?art contemporain. Les artistes invités à exposer entre ses murs sont internationalement reconnus, comme Ron Mueck ou plus récemment Bruce Nauman.L?adresse : 261 boulevard Raspail, 75014 Les horaires : du mardi au dimanche de 11h à 20h, nocturne le mardi jusqu?à 22h Les prix : 10,5? (plein tarif), 7? (tarif réduit)3. Le PlateauTout près des Buttes Chaumont, ce  centre d?art contemporain inauguré en 2002 a redonné une nouvelle impulsion au quartier. Forte de trois à quatre expositions annuelles, sa programmation s?enrichit de nombreux événements, notamment de spectacles vivants. Elle est depuis 2009 confiée à un artiste associé pour une période de deux ans.L?adresse : 2 rue des Alouettes, 75019 Paris Les horaires : du mercredi au dimanche de 14h à 19h Les prix : gratuit4. La Maison RougeCréée par Antoine de Galbert en 2000, cette  fondation reconnue d?utilité publique est un vivier de talents. Alternant expositions personnelles d?artistes internationaux et expositions thématiques pour donner un aperçu aussi complet que possible de la création avant-gardiste contemporaine, elle s?étend sur 1.300m².L?adresse : 10 boulevard de la Bastille, 75012 Paris Les horaires : du mercredi au dimanche de 11h à 19h, nocturne le jeudi jusqu?à 21h Les prix : 9? (plein tarif), 6? (tarif réduit)5. Le CentquatreLieu de création par excellence, le Centquatre regroupe tous les champs de l?art contemporain : théâtre, arts visuels, danse, musique, cinéma, vidéo, arts culinaires, etc. Avec une dizaine d?artistes en résidence tout au long de l?année, sa programmation est exigeante tout en restant populaire : plus qu?un lieu, un art de vivre.L?adresse : 5 rue Curial, 75019 Paris Les horaires : du mardi au dimanche de 11h à 19h Les prix : la plupart des expositions sont gratuitesEt n?oubliez pas que de nombreuses galeries exposent de l?art contemporain et qu?il ne vous en coûtera rien de pousser leur porte, bien au contraire ! Crédit photo à la une :  ©Rue des Archives/CCI
Lire la suite de l'article

La Géode, 30 ans de documentaires à couper le souffle - Thu, 02 Apr 2015 16:51:43 +0000

Rolling Stones at the MaxLe 28 octobre 1991, Mick Jagger en personne, vient présenter à la Géode le premier film concert filmé en Imax, une première européenne. En s?appuyant sur l?album Steel Wheels, Il suit les performances des Stones dans leur tournée à Londres, Turin et Berlin. Les passionnés des Rolling Stones les retrouvent au top de leur forme, électrisant le public avec 15 tubes tels que Satisfaction, Ruby Tuesday et Brown Sugar.EverestSorti en 1999, le film Everest de David Breashears, lui-même alpiniste et cinéaste, va s?avérer être le plus gros succès mondial dans l?histoire du format Imax et de celle de la Géode. Breashears filme l?expédition périlleuse sur le Mont Everest d?une équipe internationale de grimpeurs et de scientifiques en 1996. Le format capte la beauté du paysage grandiose, révèle les dangers qu?encourent les alpinistes qui doivent affronter la montagne au péril de leur vie.Moi, Van GoghFrançois Bertrand et Peter Knapp ont voulu un film centré sur le travail du peintre. En partenariat avec The Van Gogh Museum d?Amsterdam, le Musée d'Orsay, le Musée Rodin, ils tournent un documentaire inédit et spectaculaire qui plonge le spectateur au c?ur d'une quarantaine de chefs-d' ?uvre du peintre. Jacques Gamblin prête sa voix à Vincent Van Gogh. Véritable immersion dans l?univers du peintre, il permet d?appréhender les sources de son inspiration. Le spectateur suit le parcours artistique du peintre depuis ses premières toiles, à l?âge de 27 ans, jusqu?à sa mort à 37 ans, le 29 juillet 1890.ArctiqueSur l?écran géant de la Géode, on explore l?Arctique au fil des saisons. Pour la première fois, une équipe de cinéma a pu s?immiscer dans le quotidien d?une famille d?ours. Greg MacGillivray a suivi ces mammifères attachant qui subissent le réchauffement climatique de plein fouet. Il s?est intéressé aussi aux oiseaux et aux caribous. Sophie Marceau commente les images. En filmant pendant quatre ans la réalité en Arctique, MacGillivray a voulu sensibiliser les gens au danger de la fonte des glaces.Hidden Universe?Ça a été extraordinaire de tourner dans le désert d?Atacama, au sein d?un observatoire de renommée mondiale. Ici, certains lieux d?un autre monde, dans les Andes, vous donnent presque l?impression d?être sur une autre planète, et c?est cette expérience presque surnaturelle que j?ai voulu transmettre aux spectateurs.? Russel Scott. Ces propos de l?auteur résument bien l?essence du film. Les spectateurs partent à la découverte des plus anciennes galaxies depuis la base futuriste de l?ESO (Observatoire Européen austral) dans le désert d?Atacama au Chili.La Géode 30 ans 30 films, un festival dédié aux documentaires d?exception du 7 avril au 5 juillet 2015
Lire la suite de l'article

5 facettes de Jamel Debbouze - Mon, 30 Mar 2015 15:54:08 +0000

1. L?humoristeSon premier spectacle, C?est tout neuf, date de 1995. Depuis, Jamel a eu le temps de nous faire beaucoup rire. Notamment dans la série H, aux côtés d? Eric et Ramzy, de 1998 à 2002, puis dans le film Le ciel, les oiseaux? et ta mère ! de  Djamel Bensalah en 1999. Suivent de nombreux one-man shows, comme Tout sur Jamel en 2011 qui se joue à guichets fermés. Il prête également sa voix à de nombreux personnages de films d?animation, souvent très drôles, comme le lémurien Zini dans Dinosaure (2000) et se montre hilarant dans Astérix et Obélix Mission Cléopâtre en 2002 et dans Le Marsupilami en 2014.2. L?acteurMais non, Jamel n?est pas qu?un petit rigolo. Son talent d?acteur a été remarqué et récompensé à plusieurs reprises. De ses débuts dans le court-métrage Les pierres bleues du désert, de  Nabil Ayouch, récompensé par le prix Canal+ du court-métrage, à sa prestation remarquée dans La Marche de Nabil ben Yadir en 2013, il a souvent surpris. Amélie Poulain, Angel-A, Parlez-moi de la pluie ou le superbe Indigènes en 2006 pour lequel il obtient le Prix d?interprétation à Cannes (aux côtés de Roschdy Zem, Samy Naceri, Sami Bouajila et Bernard Blancan) sont autant de films qui ont contribué à imposer le Franco-marocain dans le petit monde du septième art.3. Le découvreur de talentsLe Jamel Comedy Club nait en juillet 2006 sous la forme d?une émission de 26 minutes diffusée chaque semaine sur Canal+. Jamel, dans le rôle du chauffeur de salle, y fait découvrir de nombreux humoristes. La troupe s?installe au Casino de Paris fin janvier 2007 puis dans son propre théâtre sur les Grands Boulevards en avril 2008. Jamel présente à son public les jeunes talents qu?il repère tout en programmant des concerts prestigieux comme ceux de Stevie Wonder ou des Black Eyed Peas. Egalement décliné sous la forme d?une série de huit épisodes (Inside Jamel Comedy Club), le concept a servi de tremplin à beaucoup de comiques, comme Nawell Madani (C?est moi la plus belge !).4. Le réalisateurCréateur du festival « Marrakech pour rire », devenu un rendez-vous incontournable de l?humour, Jamel Debbouze est récemment passé de l?autre côté de la caméra. Il supervise l?adaptation de Pourquoi j?ai mangé mon père, le roman de Roy Lewis. La sortie de ce film, le premier intégralement tourné en motion capture en France, est prévue le 8 avril 2015 sous le titre Pourquoi j?ai pas mangé mon père. C?est sa femme Mélissa Theuriau, journaliste et productrice, qui prête sa voix à l?héroïne. Le but de Jamel : y aborder le thème universel de « l?entente entre les hommes » (France 3).5. L?engagéSon succès, Jamel Debbouze le doit en grande partie à Alain Degois dit « Papy ». Rencontré à Trappes, cet éducateur organise des ateliers d?improvisation dans les collèges et les lycées et repère le potentiel du jeune garçon. Ces actions de proximité sont pour Jamel la solution idéale pour sortir les banlieues de leur isolement. Le comédien, déjà parrain de l?Heure Joyeuse, une association qui agit contre la pauvreté au Maroc, et d?associations qui luttent pour l?insertion des handicapés dans la société comme l?AGEFIPH, a réaffirmé ses convictions au lendemain des attentats de Charlie Hebdo. Dans Sept à Huit, la France a eu l?occasion de découvrir l?âme très engagée du comédien. Crédit photo à la une : ©Etienne George/Rue des Archives
Lire la suite de l'article

ban4_468.gif

Harry Potter dans tous ses états - Mon, 30 Mar 2015 14:45:50 +0000

1. Les livresL?aventure Harry Potter commence dans un train. A bord, Joanne Rowling, une trentenaire écossaise, mère de famille célibataire. Elle a soudain l?idée d?écrire les aventures d?un jeune sorcier. La maison d?édition Bloomsbury accepte de publier le premier tome et verse à la romancière un acompte de 2.500 livres. Un bon investissement puisque le livre se vend à 120 millions d?exemplaires ! Suivront six autres tomes dont le succès ne fera que croître. Au total, la saga s?est vendue à plus de 450 millions d?exemplaires dans 140 pays.2. Les filmsC?est en 1999 que Warner Bros. achète les droits d?adaptation des quatre premiers tomes de la série pour 1 million de livres sterling (2 millions de dollars de l?époque). Chaque épisode aura le droit à son film à l?exception du dernier, « Harry Potter et les Reliques de la mort », qui sera diffusé en deux parties. Si les adultes de l?histoire sont joués par des acteurs confirmés (Maggie Smith, Richard Harris, Timothy Spall, Ralph Fiennes pour ne citer qu?eux), c?est un casting sauvage qui permet de recruter le trio d?apprentis sorciers. Daniel Radcliffe devient Harry Potter, Emma Watson est choisie pour incarner Hermione et Rupert Grint prête ses traits à Ron Weasley.3. Les produits dérivésL?engouement est tel qu?Harry Potter ne tarde pas à devenir une marque synonyme de succès. Pêle-mêle, on trouve des jeux de société, des jeux vidéo, des jeux de cartes, de la vaisselle, des vêtements, des accessoires? Et même des parcs d?attraction ! En 2010, le parc Universal?s Island of Adventure, en Floride, ouvre une zone dédiée à l?univers du petit sorcier. Le château de Poudlard, le village du Pré-au-Lard, tous les éléments sont réunis dans un décor plus vrai que nature. En 2014, l?Universal Studios Florida conçoit une nouvelle réplique de ce monde magique.4. Un monde interactifPour rester en contact avec ses lecteurs pendant les phases d?écriture de ses ouvrages, J.K. Rowling a développé en 2011 un site Internet, en partenariat avec Sony. Ceux qui s?y inscrivent ont un avatar qui étudie à Poudlard : ils sont répartis dans chacune des maisons pour lesquelles ils peuvent gagner des points. Les livres en version électronique sont également proposés. C?est sur ce site que J.K. Rowling a donné des informations au compte-goutte sur les tomes à venir. En 2014, elle a par exemple rédigé un article de journal factice où elle évoque ce qu?Harry et ses amis sont devenus à 34 ans.5. Les expositionsPlus qu?une marque, un mythe. Les fans comme les curieux veulent découvrir l?envers du décor. Depuis plus de 10 ans, les studios où les films de la saga ont été tournés sont ouverts au public : le Warner Bros. Studio Tour de Londres présente les coulisses aux visiteurs. En 2015, plus besoin de traverser la Manche car l?exposition Harry Potter, présentée pour la première fois à Chicago en 2009, débarque à la Cité du Cinéma ! Du 4 avril au 6 septembre 2015, 2.000m² sont consacrés au jeune sorcier et ses amis pour une plongée au c?ur de Poudlard. Crédit photo à la une : ©Rue des Archives/RDA
Lire la suite de l'article

5 stars habillées par Jean Paul Gaultier - Mon, 30 Mar 2015 13:53:09 +0000

Farida KhelfaC?est une longue et belle histoire qui unit le  mannequin d?origine algérienne à Jean-Paul Gaultier. Ils se rencontrent en 1979, au Palace, club mythique des années 80. Sous le charme, il est le premier à la faire défiler et ne tarira jamais d?éloges sur elle : « Farida avait une beauté incroyable, ce nez, cette allure, ces cheveux. Ce n?était pas seulement ces traits magnifiques, mais cette façon de se tenir, très altière, une noblesse naturelle sans rien de prétentieux ». En retour, Farida lui consacre un documentaire en 2010, « Jean-Paul Gaultier ou les codes bouleversés ».MadonnaDifficile de parler des égéries du couturier sans évoquer la reine de la pop. En 1990, à l?occasion du Blond Ambition Tour, Madonna choisit Jean-Paul Gaultier pour réaliser ses tenues de scène. Son corset rose poudré aux seins coniques est devenu mythique. En 2012, pour sa tournée MDNA, la chanteuse fait à nouveau appel à lui pour revisiter cette tenue, cette fois en cuir noir porté sur une chemise blanche.Yvette HornerEn 1991, c?est pour la célèbre accordéoniste que Jean-Paul Gaultier a un coup de foudre amical et musical. Il lui dessine ses tenues pour son spectacle au Casino de Paris. C?est un tournant dans la carrière d?Yvette : de figure populaire, elle devient une icône branchée qui mêle rap, métal et pop aux sons de son accordéon. En 2011, Julien Doré l?invite même à participer à son album « Bichon ».Mylène FarmerLa collaboration entre la rousse incendiaire et le blond couturier débute en 1991, quand la chanteuse sollicite Jean-Paul Gaultier pour son clip « Je t?aime mélancolie ». Il lui confectionne pour l?occasion une tenue de boxeuse en porte-jarretelles restée dans la mémoire de tous ses fans. Depuis, Jean-Paul Gaultier lui a créé de nombreux autres costumes, notamment pour sa tournée « Tour 2009 ». Et en 2011, il la choisit pour clôturer son défilé Haute Couture en robe de mariée très rock?n?roll.Boy GeorgeA chanteur déjanté, couturier tout aussi barré. Et qu?importe si le rockeur Jim Morrissey disait à propos de Boy George : « Voix somptueuse. Dommage qu?il s?habille si mal ». Avec ses tenues fantasques souvent signées Jean-Paul Gaultier, l?interprète de « Do You Really Want to Hurt Me » a marqué le paysage musical des années 90. En janvier 2014, Boy George confirme et signe en acceptant de poser pour Zoo Magazine habillé par son ami de tenues plus extravagantes les unes que les autres. Crédit photo à la une : ©ASSOCIATED PRESS
Lire la suite de l'article

Fast and Furious 8 : cinq films de courses poursuites - Fri, 27 Mar 2015 18:07:28 +0000

 Taxi (1998)Produit par  Luc Besson, Taxi a créé l?événement lors de sa sortie en salle. Grâce à sa Peugeot 406 blanche customisée, Daniel (Samy Naceri) se fait plaisir en conduisant en ville comme un pilote de F1. Les courses poursuites dans Marseille sont vite légendaires et le film devient une référence française dans ce genre de longs métrages.  Trois autres volets complètent la saga. 60 secondes chrono (2000)Randall « Menphis » Raines  ( Nicolas Cage) ancien braqueur de voitures est amené à voler cinquante bolides en une nuit pour sauver son frère aux mains de l?escroc Raymond Calitri. Remake de La Grande Casse (1974), le film de Dominic Sena rend hommage au monde automobile. Aston Martin, Bentley, Lamborghini, Porsche Ferrari, toutes ont un prénom féminin. Les amateurs de belles voitures sont comblés. Fast & Furious (2001)Dominic Toretto ( Vin Diesel) est à la tête d?une petite bande passionnée de voiture et de mécanique. Un nouveau venu Brian O'Connor ( Paul Walker) est un jeune policier chargé d?enquêter sur des attaques de camions. Courses-poursuites, bastons et fusillades, tous les ingrédients sont au rendez-vous. Nul doute que le 7e battra des records dopé par la mort du jeune acteur. Le Transporteur (2002)Frank Martin ( Jason Statham) est un ancien agent secret. Reconverti, il transfère colis et paquets sans jamais poser de questions ni en connaître le contenu. Jusqu?au jour où il transgresse les règles. Il doit alors échapper à ses poursuivants (policiers et truands). Les courses de voitures sont impressionnantes notamment celle sur la Promenade des Anglais à Nice, elles donnent la cadence au film. Need for speed (2014)Fraîchement sorti de prison, Tobey Marshall rêve de se venger de Dino Brewster qui l?a envoyé derrière les barreaux. Les deux hommes passionnés de bolides se retrouvent lors de la célèbre course De Leon. Adapté du jeu vidéo éponyme, on retrouve quelques voitures mythiques comme la Ford Gran Torino, la Bugatti Veyron, et la Chevrolet Camaro. Toutes les cascades ont été tournées en décors naturels afin que le spectateur ressente le réel effet de la vitesse. Crédit photo de Une © Universal Pictures International France
Lire la suite de l'article

Le 1er avril, à chacun son poisson - Fri, 27 Mar 2015 15:00:31 +0000

La petite histoireEn 1564, à la demande du roi Charles IX, on fixa le début de l'année civile non plus au 1er avril mais au 1er janvier, qui devint Jour de l'An. Les étrennes furent aussi avancées mais quelques nostalgiques continuèrent à faire des petits cadeaux et des farces le 1er avril. Aujourd'hui, la coutume veut que l'on accroche un poisson au dos des personnes distraites...Et nous nous en tiendrons là, préférant de loin une approche plus culturelle à cette journée bon enfant. Même si tout ce qui suit est un peu tiré par les écailles, voici un programme d'évènements on ne peut plus en accord avec cette journée!Une jounée placée sous le signe du poissonÀ réserver dès maintenant pour septembre prochain au Théâtre La Pépinière, Le Poisson belge, une pièce de Léonore Confino, sur le thème de l'identité. Le chanteur et comédien Marc Lavoine, qui fera ses grands débuts sur les planches, aura pour unique partenaire Géraldine Martineau. À voir ou à revoir, une série de films cultes, tous disponibles en DVD : Poisson d'Avril (1954) de Gilles Grangier avec Bourvil, Annie Cordy et Pierre Dux ; l'hilarante comédie de Charles Crichton, Un poisson nommé Wanda, sortie en 1989 avec Jamie Lee Curtis ; l'excellent et émouvant film de Tim Burton Big Fish (2004) et le plus grand succès du cinéma d'animation Disney-Pixar Le monde de Nemo (2003), à regarder en famille. Profitez de vos transports et de la soirée pour vous plonger avec délectation dans le récit de l'écrivain italien Erri de Luca qui se souvient de l'été de ses dix dans Les poissons ne ferment pas les yeux, publié chez Gallimard en 2013. Et aussi, Poisson d?or de J.M.G. Le Clézio ou encore Le poisson dans l'eau de Mario Vargas Llosa. Une petite pause à l'heure du déjeuner suffit pour admirer Intérieur, bocal de poissons rouges, un tableau de Matisse réalisé en 1914 et Les poissons noirs de Georges Braque peint en 1942, deux oeuvres de la collection du musée national d'art moderne du Centre Pompidou ou La Truite peinte par Gustave Courbet en 1873, visible au musée d?Orsay.Dans l'après-midi, après avoir récupéré les enfants, vous filez à l'Aquarium de Paris (Trocadéro), le plus vaste et le plus spectaculaire de la capitale. présentant des espèces venues de tous horizons géographiques. Rouvert en 2006 il abrite plus de 10 000 poissons et invertébrés, 25 requins, ainsi que 2 salles de cinéma et plusieurs ateliers interactifs. Pour clore en beauté cette journée, le casque vissé sur les oreilles vous écoutez une palylist dans laquelle on retrouve un classique du genre, La Truite de Franz Schubert composé en 1817. À la suite, la parodie célèbre de Francis Blanche Le complexe de la truite (sur l'air du fameux lied de Schubert), interprétée par les Frères Jacques. Autre morceau Indispensable, la toute aussi drôle et poétique chanson La maman des poissons chantée par Boby Lapointe, ou Juliette Gréco avec l'air charmant d'Un petit Poisson, Un petit oiseau... Crédit photo de une : ©Rue des Archives/RDA
Lire la suite de l'article

Les grands travaux des Présidents - Thu, 26 Mar 2015 15:53:15 +0000

1. Le Centre PompidouGeorge Pompidou est Président depuis un an à peine lorsqu?il décide de relancer un  grand projet culturel auquel de Gaulle pensait depuis la Libération. Le plateau Beaubourg est choisi pour accueillir une nouvelle bibliothèque, le Musée d?art moderne qui dépérissait alors dans une aile du Palais de Tokyo et le Centre d?art contemporain installé rue Berryer. Un an plus tard, en 1970, on ajoute au projet un centre de création musicale. 681 architectes seront candidats ; Piano, Franchini et Rogers sont les heureux élus. Inauguré en 1977, le Centre a depuis accueilli plus de 150 millions de visiteurs et fait partie intégrante de la vie culturelle française.2. La pyramide du LouvreRarement construction n?aura été plus polémique ! On l?aime autant qu?on la déteste.  Ce dôme de métal et de verre de presque 22 mètres de haut, commandé par François Mitterrand en 1983 et imaginé par l?architecte sino-américain Ieoh Ming Pei, a été inauguré le 30 mars 1989. Très vite, on accuse l??uvre de tous les maux : elle rompt la perspective entre le Louvre et l?Arc de Triomphe, elle est bâtie par un étranger et elle coûte trop cher. Pourtant, force est de constater qu?elle a su se faire accepter : elle est aujourd?hui la troisième ?uvre du Louvre la plus appréciée des visiteurs, derrière La Joconde et la Vénus de Milo.3. La Bibliothèque François MitterrandAnnoncée en 1988 et inaugurée en 1995 par François Mitterrand, la Bibliothèque Nationale de France  couronne les grands travaux du Président socialiste. Ce dernier souhaitait « la construction et l?aménagement de l'une ou de la plus grande et la plus moderne bibliothèque du monde ». Elle devra être accessible à tous, même à distance, rester à la pointe de la technologie et tisser des liens avec d?autres grandes bibliothèques européennes. Le projet est un succès : malgré un look un peu austère, le lieu s?est imposé aux amoureux des bibliothèques et a donné une nouvelle impulsion à ce quartier du 13ème arrondissement.4. Le Musée du Quai BranlyIllustrer le perpétuel dialogue entre l?Afrique, l?Amérique, l?Océanie et l?Asie avec l?Europe, tel est le projet du  musée des Arts Premiers imaginé par Jacques Chirac et son ami Jacques Kerchache, marchand d?art. Construit par Jean Nouvel et inauguré en juin 2006, il est toutefois accusé d?avoir littéralement pillé le musée de l?Homme pour constituer ses collections. Qu?à cela ne tienne, il passe en 2013 la barre des 10 millions de visiteurs et est de plus en plus populaire grâce à des expositions qui font mouche, comme la fulgurante Tatoueurs, tatoués (mai 2014 ? octobre 2015).5. La VilletteEn 1974, les abattoirs de  la Villette ferment leurs portes. Laissé à l?abandon, le site est finalement confié à l?EPPV (établissement public du parc de la Villette) en 1979. Sous la tutelle de Jack Lang, ministre de la Culture de François Mitterrand à partir de 1981, trois projets voient le jour : un musée des Sciences et des techniques, inauguré en 1986, un parc urbain, inauguré en 1987, et un auditorium dédié à la musique et à la danse. Chose promise, chose due : en 1990, le Conservatoire National de Paris ouvre ses portes, rejoint en 1995 par la Cité de la Musique et la Philharmonie de Paris vingt ans plus tard. Crédit photo à la une : ©ASSOCIATED PRESS 
Lire la suite de l'article

Cinq bibliothèques ouvertes le dimanche à Paris - Thu, 26 Mar 2015 14:12:50 +0000

 BPI (Bibliothèque Publique d?Information)La bibliothèque publique d?information est ouverte à tout public sans formalités.  Les places sont rapidement prises le week-end et une queue se met en place tout au long de la journée. Une webcam filme la file d'attente en direct et une application, Affluences, permet de connaître l'attente estimée en direct. On trouve sur trois niveaux près de 430 000  de documents sur tous supports et dans tous les domaines. Trois thématiques sont particulièrement représentées : l?autoformation, la presse et les documentaires. Mille connexions internet simultanées peuvent se mettre en place. De nouveaux espaces complètent les activités de la BPI : salon graphique, salon Jeux vidéos, ateliers (conversation, informatique) et médiations (permanences d'écrivains publics).1 rue Beaubourg, 75004 Paris, ouvert de 11h à 22h.BNF François MitterrandLes collections de la Bibliothèque nationale de France se sont installées dans le XIIIe arrondissement en 1996. Elles sont complètes, uniques et précieuses : quatorze millions de livres et de revues, mais aussi des manuscrits, des estampes, des photographies, des cartes, des plans, des partitions, des documents sonores, des vidéos? Tous les domaines sont représentés avec une approche encyclopédique : les sciences humaines et sociales, les arts, la science?. La bibliothèque est accessible au public  âgé de 16 ans et plus et située en Haut-de-Jardin au prix de 3 euros. Le site internet Gallica permet d?avoir accès gratuitement à plus de trois millions de documents. Quai François-Mauriac, 75013 Paris, ouvert le dimanche de 13h à 19h.Bibliothèque François TruffautInaugurée en 2008 la bibliothèque  François Truffaut s?inscrit dans le projet « Rue du cinéma » que forme le Forum des images au c?ur du Forum des Halles.  Elle détient un fonds spécialisé constitué depuis les années 1960 sur le cinéma, la télévision et la vidéo. Au total plus de 30 000 livres, 75 000 revues de presse, 2 000 CD et 20 000 DVD dont 3 000 sont consultables gratuitement uniquement sur place sur quatorze postes. L?établissement propose également l?accès à des bases de données externes (film index international, annuaire du cinéma et de l?audiovisuel, Encyclopædia Universalis) Elle fait partie du réseau des bibliothèques spécialisées de la ville de Paris.4, rue du cinéma (Forum des Halles), 75001 Paris, ouvert le dimanche de 12h à 19h.Médiathèque Marguerite YourcenarCet établissement fait partie du réseau de la Ville de Paris. Bibliothèque de quartier, elle détient plusieurs fonds thématiques spécialisés : le développement durable, les langues étrangères (méthodes d?apprentissage et ouvrages en langue d?origine) et un pôle « lire autrement » s?adressant au public déficient visuel (avec les livres en braille pour les enfants, des textes lus et des ?uvres en gros caractères). Le fonds comprend plus de 150 000 documents (2/3 pour adultes, 1/3 pour la jeunesse) constitué de livres, revues, mangas, BD, CD et DVD. Des liseuses contenant les grands classiques de la littérature sont également empruntables sur réservation. 41, rue d'Alleray 75015 Paris, ouvert le dimanche de 13h à 18h.Médiathèque Marguerite DurasOuverte en juin 2010, la médiathèque s?étend sur 4 200 m² et quatre niveaux. Elle propose 350 places assises dont 56 postes de travail, une salle audiovisuelle de 30 sièges et un auditorium accueillant jusqu?à 150 personnes. Un espace de 150 m² est dédié aux expositions temporaires. Un fonds spécifique sur l?Est parisien, l?art contemporain et l?emploi est accessible à tout public. Un pôle Lire autrement destiné aux malvoyants est également mis en place.  Plus de 135 000 documents sont disponibles (300 revues, 24 000 CD, 15 000 DVD?).115 rue de Bagnolet 75020 Paris, ouvert le dimanche de 13h à 18h.Crédit photo  de Une : Associated Press
Lire la suite de l'article

Entre tradition et innovation, six expos des JEMA à voir - Thu, 26 Mar 2015 12:48:27 +0000

Mutations Neuf ?uvres historiques issues des collections du musée des Arts Décoratifs sont confrontées à neuf réalisations inspirées de celles-ci, conçues par un collectif d?artisans et d?artistes appartenant à divers corps de métier. La première pièce est un hanap (coupe à boire au Moyen-âge) datant de 1896 créée par Lucien Falize pour l?exposition universelle de 1900. Cet objet phare de l?exposition a la particularité, comme l?avait souhaité l?auteur, d?utiliser huit matières essentielles : bois, papier, pierre, terre, métal, tissu, verre, cuir. Les huit autres objets, comme une paire de vases Médicis du début XXème ou un fragment de tissu du XVIIIème, chacune dans un des matériaux, inspirent huit nouvelles ?uvres utilisant des techniques et des matières actuelles. L?ancien et le nouveau dialoguent ainsi entre le passé et le futur. L?exposition est organisée par l?Institut National des Métiers d?Art (INMA), en partenariat avec le musée des Arts décoratifs.« Mutations » au musée des Arts Décoratifs du 27 mars au 5 juillet 2015L?Usage des formes Elle complète parfaitement le thème de ces journées. Il s?agit de montrer le lien des artistes avec leurs outils. Dans les métiers d?art, l?instrument est indispensable et fondamental. Dans les arts plastiques, le design ou l?architecture, il fait corps avec le créateur. Une scénographie conçue par le designer Robert Stadler et réalisée en collaboration avec des artisans d?art montre des outils détournés sous toutes leurs formes. 150 objets étonnants. L?exposition est réalisée en partenariat avec la Fondation Bettencourt Schueller.« L?Usage des formes » au Palais de Tokyo du 20 mars au 17 mai 2015AD Collections 150 pièces inédites d?une cinquantaine de créateurs, qu?ils soient artisans, décorateurs ou designers ?uvrant pour de grandes maisons françaises, sont ici présentées. Chacun exposent trois ?uvres inédites dans leur spécificité. Cette exposition dédiée aux objets et meubles de haute facture traités dans des matériaux nobles, vise à promouvoir le design et l?artisanat d?art français. Elle est conçue par le magazine AD dans une scénographie développée par le Studio Adrien Gardère.« AD Collections » au Quai d?Orsay du 26 mars au 5 avril 2015 Territoires de l?InnovationLes créations des artisans se renouvellent à l?infini au fur et à mesure de la découverte de nouvelles technologies. Une quinzaine de pièces sont exposées prouvant la faculté des artistes à utiliser le patrimoine et l?innovation. Les matières sont détournées, comme les bijoux de Sébastien Carré en pellicule photographique, les montures de lunettes de Lucas de Staël, petit-fils du peintre russe Nicolas de Staël, qui a su associer l?acier, la pierre et le cuir ou encore une chaîne de montagne en verre de Célia Pascaud qui s?aide de Google Earth pour la reproduire à l?échelle. « Territoires de l?Innovation » à la Galerie de l?INMA du 2 mars au 31 août 2015L'innovation à c?ur, la révolution des savoir-faire Le métier de l?artisan évolue. Celui-ci travaille à la fois avec des outils traditionnels comme un crayon et des matériaux anciens mais il va aussi utiliser l?imprimante 3D, la découpe laser ou une découpe numérique. Les Ateliers de Paris en lien avec L'INMA, les Compagnons du Devoir et le soutien du Crédit Agricole, montrent des exemples de cohabitation des techniques de pointe avec des outils séculaires qui tentent de faire le lien tradition et modernité.« L'innovation à c?ur, la révolution des savoir-faire » dans Les Ateliers de Paris du 27 mars au 23 mai 2015 L?esprit et la main Pour la première fois, le Mobilier national dévoile ses ateliers de restauration habituellement fermés au public. Celui-ci a la possibilité de découvrir une reconstitution des sept ateliers de restauration (ébénisterie, menuiserie en sièges, lustrerie-bronze, tapisserie d?ameublement, tapisserie décor, restauration de tapis et de tapisserie).Elle permet d?apercevoir le savoir faire d?exception de restauration des objets, qu?ils soient anciens, ayant accompagnés de grands moments de l?histoire de France, ou d?aujourd?hui. « L?esprit et la main» à la Galerie des Gobelins du 27 mars 2015 au 16 janvier 2016
Lire la suite de l'article

Centre Pompidou à Malaga : les musées se délocalisent - Tue, 24 Mar 2015 10:50:46 +0000

 Centre Pompidou Malaga Cette nouvelle annexe temporaire implantée dans la ville natale de Pablo Picasso en Andalousie est prévue pour une durée de cinq ans. Considérée comme un laboratoire, cette antenne a pour but de développer un concept pérenne. L?édifice mis à disposition par la mairie de Malaga accueillera une sélection d'?uvres provenant des collections du célèbre musée parisien sous forme de parcours chronologique et renouvelée tous les deux ans, ainsi que deux à trois expositions temporaires annuelles.Le Louvre à Lens Ouvert le en grande pompe le 4 décembre 2012, le Louvre-Lens semble désormais bien ancré dans la région Nord-Pas-de-Calais. Aux côtés des collections permanentes rassemblées sur un plateau, les expositions temporaires s?enchainent alliant toujours sérieux scientifique et beauté des objets sélectionnés. La dernière en date Des animaux et des Pharaons est un véritable succès : plus de 100.000 personnes l?ont visitée.Musée du Louvre-Lens, 99, rue Paul-Bert, 62300 Lens. Du mercredi au lundi, de 10 heures à 18 heures, collections permanentes : entrée gratuite jusque fin 2015.L?Institut du Monde Arabe à Tourcoing En novembre 2012, vingt-cinq ans après sa création, l?IMA se délocalise dans le Nord de la France. Installé à cheval sur les villes de Tourcoing, Roubaix et Wattrelos, l?établissement dispose de 800 m2 dans une ancienne usine. L?objectif affiché est de lier les expositions parisiennes de l?IMA (Quantara, l?art d?or des sciences arabes, un musée pour tous), mais aussi de faciliter les échanges et l'expression des peuples arabes.Institut du monde arabe, 65, rue de l'Union 59200 Tourcoing. Du mardi au dimanche de 10h à 18hCentre Pompidou à MetzLe Centre Pompidou lorrain a été le premier à se lancer dans l?aventure. En mai 2010, le musée parisien d?art moderne et contemporain inaugure son antenne décentralisée en prêtant quelques 700 pièces. Depuis cinq ans, les expositions temporaires se succèdent : Daniel Buren, une rétrospective sur les années 80-90, Paparazzi ! Si les débuts ont été enthousiastes, les derniers mois se sont révélés plus délicats. Une fréquentation et des subventions en baisse plombent le bilan artistique de l?établissement.Centre Pompidou de Metz, 1, parvis des Droits-de-l?Homme, 57020 Metz. Ouvert les lundis, mercredis et dimanches de 11 heures à 18 heures , les jeudis et vendredis de 11 heures à 20 heures et les samedis de 10 heures à 20 heures.Le Louvre à Abou Dhabi C?est un des événements culturels de l?année 2015. L?antenne du musée parisien devrait ouvrir à la fin de l?année dans l?Émirat. Des travaux de grande ampleur et une préparation artistique de longue haleine caractérisent ce projet. En 2014, l?exposition Louvre-Abou-Dhabi, naissance d?un musée, présentait à Paris les ?uvres d?art acquises depuis 2009 pour la collection permanente de la succursale du Moyen-Orient.Cultural District, Abou DhabiCrédit photo de Une : Centre Pompidou
Lire la suite de l'article

Les 5 musées les plus suivis sur Twitter - Mon, 23 Mar 2015 17:00:32 +0000

1. @MuseeLouvre ? 289 220 followers Le Louvre est le grand gagnant en termes de popularité sur Twitter. Et cela n?allait pas de soi : inscrit en 2009, il était distancé de plus de 28.000 personnes par le Centre Pompidou en août 2013, ne rassemblant que 53.462 followers. Depuis, le musée le plus fréquenté du monde a redoublé d?efforts pour rattraper son retard face à cette véritable révolution numérique. Le ton de ses publications est moins rigide et le musée dévoile des anecdotes qui donnent une ambiance plus intimiste à ce géant culturel. 2. @centrepompidou ? 259 806 followers Inscrit en août 2008, le Centre Pompidou fait figure de pionnier. Dynamisme et proximité sont les mots clés de sa communication. Avec une moyenne de douze tweets par jour, il est de loin le plus actif de notre classement. Désormais distancé par le Louvre, il souffre d?une communauté moins engagée que ses rivaux mais bénéficie d?une image très positive auprès des internautes. Il est le deuxième musée le plus fréquenté de France.3. @MuseeOrsay ? 179 086 followers Si 80% de ses visiteurs sont étrangers, le Musée d?Orsay n?en oublie pourtant pas ses compatriotes ! Son compte Twitter retweete régulièrement les informations postées par les autres musées de la région parisienne. Particulièrement impliqué dans la MuseumWeek, l?établissement, inscrit sur Twitter depuis seulement 2011, est parvenu à captiver les twittos en respectant les codes du réseau (hashtags, mentions, retweets). « On souhaite s?éloigner le plus possible de la communication institutionnelle. Pour cela, on partage aussi des photos d?archive, on montre les coulisses du musée, on communique directement avec les utilisateurs », expliquait Eric Jouvenaux, le community manager du musée, en 2013.4. @PalaisdeTokyo ? 152 332 followers Le Palais de Tokyo, inscrit en avril 2009 sur le réseau social, suit à la lettre sa devise de faire de l?art « non-stop ». A sa réouverture en 2012, sa directrice de communication, Dolores Gonzalez, témoignait d?un objectif très clair : « toucher ce public qui ne vient peut-être pas encore mais qui est « sensibilisable » car curieux, ouvert et potentiellement intéressé ». Cette stratégie passe notamment par les réseaux sociaux : le compte Twitter du Palais est alimenté plusieurs fois par jour. Un modèle gagnant, puisqu?en 2013, ce sont 720 000 visiteurs et non les 500 000 attendus qui ont visité l?endroit.5. @GrandPalaisRMN ? 143 813 followers  Le Grand Palais casse son image plutôt lisse à travers ses expositions audacieuses? et ses tweets ! Ton familier, apostrophes aux followers, l?institution n?hésite pas à rebondir sur l?actualité parfois sans lien direct avec son activité. Ainsi, le 20 mars 2015, le musée partageait non sans humour un lien vers la série d??uvres intitulée « Eclipse » de Marcel Duchamp, sous prétexte d?aider les Français déçus de ne pas avoir pu mieux voir l?éclipse solaire !À lire aussi : Les musées révèlent les mystères de leurs collections sur TwitterCrédit photos de une : CC BY-SA 4.0 Wikimedia Commons, © Imago/Rue des Archives, © Picture Alliance/Rue des Archives 
Lire la suite de l'article

Cinq choses à savoir sur l?expo Velázquez - Thu, 19 Mar 2015 14:54:43 +0000

 De longues négociations à l?internationalLe commissaire de l?exposition Guillaume Kientz lance les demandes de prêt pour l?exposition dès le printemps 2012, quasiment trois ans avant le début de l'événement. Les derniers contrats ont été signés au début de l?année. De longues tractations qui ont conduit le spécialiste aux quatre coins du monde.Un prêt exceptionnel du musée du PradoC?est le  musée espagnol qui conserve le plus grand nombre de toiles du maître. Il a pour règle de ne jamais en avoir plus de sept à l?extérieur de ses murs. Guillaume Kientz en aura huit car il sait qu?il y a un tableau placé en dépôt à long terme dans un autre musée espagnol. Ce record n?est pas pour lui déplaire.Pas de tableaux du LouvreOn pensait que le musée français détenait six toiles de Velázquez. Mais tout au long du XXe siècle, on a peu à peu découvert qu?elles étaient sans doute le produit de son entourage. Par exemple, en 2013, deux tableaux ont été prêtés au Prado. Un comparatif de toiles et une analyse dans le laboratoire de l?établissement a prouvé avec certitude qu?il ne pouvait s?agir des ?uvres du peintre espagnol.Les Ménines absentesPour obtenir l?aval du musée du Prado, le commissaire de l?exposition a préféré ne pas demander les ?uvres les plus emblématiques du peintre. Outre le chef d??uvre Les Ménines, représentant la famille du Roi Philippe IV, Mars, Le Christ et les fileuses et Les Lances toiles majeures du maîtres sont restées à Madrid.Un panorama complet de l??uvre de VelázquezOn recense à peine plus d?une centaine d??uvres de Diego Velázquez authentifiés par le musée du Prado. L?exposition du Grand Palais rassemble toutes les formes picturales explorées par le peintre : la nature (paysage, nature morte), les thèmes de son époque (la chrétienté, la mythologie), et les portraits (la famille royale, la cour, les nains).Crédit photo de Une : © The Metropolitan Museum of Art, dist. Rmn-Grand Palais / Malcom Varon
Lire la suite de l'article

ban4_468.gif